Les Qualités Médicinales des Dahlias

Le genre Dahlia, de la Famille des Astéracées – et de la Tribu des Heliantheae – comprend une quarantaine d’espèces [23] qui sont originaires du Mexique et de Méso-Amérique ainsi que, pour quelques espèces, du nord de l’Amérique latine. Les Dahlias croissent, généralement, à des altitudes comprises entre 1500 et 3700 mètres.

En 1963, le Dahlia fut intronisé comme la fleur officielle du Mexique.

Les Dahlias furent introduits en Europe, vers 1788/1789, lorsque le botaniste Antonio José Cavanilles (1745-1804), de Madrid, reçut des semences de Dahlia envoyées par le Jardin Botanique de Mexico. Cavanilles nomma ces espèces Dahlia en hommage à son ami Anders Dahl (1751-1789), un botaniste Suédois élève de Carl von Linné.

A partir de ces semences, Antonio José Cavanilles cultiva et nomma trois espèces de Dahlia: une variété à fleurs doubles qu’il nomma Dahlia pinnata (en 1791) et deux autres variétés à fleurs simples qu’il nomma Dahlia rosea et Dahlia coccinea (en 1796).

Botanical_sketch_Dahlia

Les Dahlias furent, tout d’abord, introduits en Europe pour leurs tubercules comestibles mais leur forte saveur découragea leur culture alimentaire. En France, c’est l’impératrice Joséphine de Beauharnais qui, la première, les cultiva dans ses jardins du château de la Malmaison – car Cavanilles avait offert des semences de ses Dahlias au Muséum d’Histoire Naturelle en 1802.

En 1934, il existait déjà, environ, 14 000 variétés répertoriées de Dahlias – selon la liste élaborée par Marshall Howe, au Jardin Botanique de New-York. Aujourd’hui, il en existe plus de 57 000 variétés enregistrées par la Royal Horticultural Society. [1] La majorité de ces nouveaux cultivars sont issus d’une hybridation inter-spécifique – entre Dahlia pinnata, Dahlia variabilis, Dahlia juarezii, Dahlia imperialis et Dahlia coccinea – et sont dénommés Dahlia hybrida ou Dahlia X. hortensis.

Mystery Mix - Dahlia hortensis
Mystery Mix - Dahlia hortensis
Mystery mix-hortensis
Mystery Mix - Dahlia hortensis

Il est, d’ailleurs, difficile de parler de Dahlia variabilis comme d’une espèce et il semble plus cohérent de l’évoquer comme un pool génétique. D’ailleurs, certains botanistes ont émis l’hypothèse selon laquelle Dahlia variabilis serait une espèce hybride fertile obtenue par des croisements inter-spécifiques impliquant Dahlia coccinea et Dahlia sorensenii [21] – et ce, durant la période précédant la conquête génocidaire de la Méso-Amérique par les militaristes Espagnols.

Dahlia Figaro White
Figaro White - Dahlia variabilis
Figaro White - Dahlia variabilis
Figaro White - Dahlia variabilis

Aujourd’hui, les Dahlias sont cultivés pour leurs fleurs ornementales, pour l’alimentation, pour les teintures, pour l’industrie pharmaceutique et pour l’industrie cosmétique.

La Royal Horticultural Society d’Angleterre a réparti les Dahlias en 14 groupes différents en fonction de leurs fleurs: “simples”, “anémone”, “collerette”, “nénuphar”, “décoration”, “boule”, “pompon”, “cactus”, “demi-cactus”, “mélange”, “à liserés”, “étoile”, “double orchidée” et “pivoine”. Quant à l’American Dahlia Society, ce sont dans 21 groupes que sont classés toutes les variétés de Dahlias.

La diversité de leurs fleurs est très généreuse: en fait, toutes les couleurs existent chez le Dahlia – sauf le bleu. La couleur bleu est absente, chez les Dahlias, de par le fait que l’anthocyanidine delphinidine, et ses dérivés, ne peuvent pas se former de par l’absence du flavonoïde 3′,5′-hydroxylase. [8]

Il est à noter que, depuis une cinquantaine d’années, les techniques de création de nouvelles variétés de Dahlia sont, très souvent, bien loin d’être naturelles: colchicine, mutations par rayonnements ionisants et toutes autres techniques de mutagenèse.

Les Qualités Médicinales des Dahlias

Au Mexique, Dahlia coccinea a été, traditionnellement, utilisé pour soigner la toux, les furoncles, les problèmes dermatologiques, les piqures d’insectes, les coliques et pour ses propriétés diurétiques et diaphorétiques.

Le Manuscrit de Badianus [6] est le premier ouvrage – rédigé par un jeune étudiant Aztèque, Juannes Badianus, en 1552 – consacré aux plantes médicinales Méso-Américaines. Il se nomme, en Nahuatl, “Amate Cehuatl Xihuitl Pitli”. Il contient 185 illustrations en couleurs dont une d’un Dahlia : il s’agit de Dahlia coccinea. Il est dénommé en Nahuatl “Cohuanenepilli” – signifiant la “langue de serpent” – tandis que Dahlia pinnata est dénommé “Acocoxóchitl”.

Au siècle suivant, un autre ouvrage sur les plantes médicinales, Rerum Medicarum Novae Hispaniae”, fut rédigé par le médecin Francisco Hernandez (1517-1587) et publié vers 1628/1630. Il contient trois illustrations de Dahlia dont l’une avec des fleurs doubles – ce qui laisse supposer que, déjà, les Aztèques en cultivaient des variétés horticoles dans leurs jardins car, dans la Nature, les Dahlias sont toujours à fleurs simples.

Voici ce que rapporte Francisco Hernandez, dans son ouvrage sus-cité, au sujet de la plante que “les Quauhnahuascenses appellent Acocotli et que les Tepozthlanenses appellent Chichipatli” – à savoir Dahlia pinnata «Au goût, la racine est odorante, amère, mordante ; elle est est chaude et sèche au troisième degré. L’ingestion d’une once soulage les douleurs de l’estomac, élimine les flatulences, provoque l’urine, fait transpirer, élimine les refroidissements, fortifie un estomac faible à l’encontre du froid, soigne les coliques, dégage les obstructions et réduit les tumeurs».

Les Aztèques utilisaient, traditionnellement, les Dahlias pour soigner l’épilepsie.

Plus particulièrement, pour les problèmes dermatologiques, des compresses sont réalisées avec des pétales et des bulbes de Dahlias. La recette consiste à faire bouillir, dans deux litres d’eau, deux tasses de pétales et une tasse de fines tranches de bulbes pendant 10 minutes. Laissez infuser, ensuite, 10 minutes de plus et filtrer.

Dahlia imperialis est une espèce de Dahlia dont les plantes peuvent atteindre 4 mètre de hauteur. Il croit jusqu’à 2000 mètres d’altitude.  Chez les Mayas Tzeltal et Tzotzil du Chiapas, au sud du Mexique, il est dénommé “ch’oliw”. Ces Peuples Mayas l’utilisent, traditionnellement, pour soulager les douleurs épigastriques ainsi que les douleurs associées aux troubles urinaires, aux brulures d’estomac et à la cholécystite aiguë lithiasique. C’est le jus frais des tiges de la plante qui est consommé à raison d’une tasse trois fois par jour. Selon l’ouvrage, de 1996, intitulé “Medical Ethnobiology of the Highland Mayas of Chipas. The gastrointestinal diseases”. Pages 341.

Les Mayas Tzeltal et Tzotzil ont, également, recours, pour soulager les douleurs épigastriques, à d’autres plantes médicinales telles que, principalement, le Fenouil sauvage (Foeniculum vulgare) et la Tagète lucide (Tagetes lucida). Ils utilisent également, pour cette pathologie, d’autres espèces médicinales telles que Tagetes filifolia, Sambucus mexicana, Ruta graveolens, Lippia substrigosa, Lepidium virginicum, Nicotiana tabacum, etc.

Selon l’ouvrage de Jean-Pierre Nicolas, intitulé “Plantes Médicinales des Mayas K’iché”, (en page 255), le jus de Dahlia imperialis est utilisé pour traiter les maux de tête, les conjonctivites, les douleurs d’oreilles – en applications externes. De plus, le jus est consommé (à raison de 1 à 3 tasses par jour) pour soigner les fièvres, les affections urinaires, les gastrites, les diarrhées et la dysenterie. Pour la malaria, il est conseillé de boire une tasse du jus chaque matin, à jeun, pendant une dizaine de jours. 

L’une des caractéristiques majeures des Dahlias est leur haute teneur en inuline, un fructane, dans leurs tubercules – qui peuvent en contenir jusque 78%.

L’inuline commercialisée, par le marché pharmaceutique, provient généralement des topinambours, des dahlias et des chicorées. L’inuline est présente, principalement, dans la Famille des Astéracées (dahlias, chicorées, topinambours, inules, pissenlits…) ainsi que dans la Famille des Campanulacées (Platycodon grandiflorum, Codonopsis pilosula, Codonopsis lanceolata), dans la Famille des Dioscoreacées (Dioscorea esculenta), dans la Famille des Fabacées (Pachyrhizus erosus) ainsi que dans quelques espèces monocotylédones (poireau, agave, banane…).

Aujourd’hui, malheureusement pour les Dahlias, leur inuline constitue l’un des adjuvants de la fabrication des vaccins génocidaires (un pléonasme) de la Mafia Pharmacratique. [26]

Une étude Pakistanaise, de 2018, a mis en exergue que l’inuline extraite des tubercules de Dahlias agit fort bien en tant que prébiotique en favorisant la croissance des probiotiques – Bifidobacterium sp, Lactobacillus casei, Lactobacillus plantarum – et en stoppant la croissance de bactéries pathogènes telles que Shigella dysenteriae et Helicobacter pylori, Escherichia coli, Clostridia sp.  [24]  [25]

Dans le corps humain, l’inuline passe intacte dans le tractus intestinal jusqu’à ce qu’elle arrive dans le gros intestin où elle y digérée par les Lactobacilles et autres Bifidobactéries. Sa présence encourage, donc, la croissance d’une flore intestinale saine qui favorise, à son tour, la production d’acides butyrique et propionique – supprimant toute émergence de cancers du colon… [27]  [28] d’autant plus que l’inuline possède, par elle-même, des propriétés anti-carcinogéniques. [29]  [30]  [31]

Flavonoïdes et Pétales de Dahlias

Le spectre très diversifié des couleurs des Dahlias est, strictement, du à leur composition en flavonoïdes et toutes autres substances biochimiques corrélées.

Par exemple, la couleur jaune, chez les Dahlias, est, en partie, induite par la présence des chalcones butéine, naringénine et isoliquiritigénine.

La butéine possède des propriétés anti-carcinogéniques, anti-néoplasiques, anti-inflammatoires, anti-diabétiques, anti-néphrétiques, anti-angiogéniques, hépato-protectrices – et inhibitrices de la tyrosine kinase. [20]

Selon l’ouvrage, de 1944, “Ethnobotany of the Navajo”, de Francis Elmore, les Navajos utilisaient Dahlia pinnata comme plante tinctoriale afin d’obtenir une teinture de couleur jaune/orange.

Une étude Mexicaine, de 2014, a analysé les composants phénoliques de plusieurs espèces de Dahlia – Dahlia pinnata, Dahlia coccinea, Dahlia australis, Dahlia appiculata, Dahlia brevis, Dahlia campanulata – en fonction des couleurs de leur pétales au nombre de huit. [4] Les acides caféique, gallique, chlorogénique et hydroxybenzoïque étaient, quasiment, présents dans toutes les couleurs. Par contre, les flavonoïdes se déclinaient comme tels: rutine chez les fleurs oranges; hespéridine chez les fleurs roses, blanche et lilas; naringénine chez les fleurs violettes, lilas et oranges; quercétine chez les fleurs violettes, cerises, oranges. [4]

La rutine possède des propriétés anti-inflammatoires, anti-diabétiques, neuro-protectrices, néphro-protectrices, anti-oxydantes, hépato-protectrices, anti-arthritiques. [9]

La quercétine possède des propriétés anti-carcinogéniques [10]  [12], analgésiques, neuro-protectrices, anti-inflammatoires, anti-allergiques, anti-oxydantes, anti-diabétiques, hépato-protectrices, anti-microbiennes. [11]

L’hespéridine possède des propriétés neuro-protectrices, anti-inflammatoires, anti-oxydantes, anti-athérosclérotiques, cardio-protectrices, anti-carcinogéniques [13]  [14]  [15], anti-mutagéniques, anti-diabétiques, anti-hyperlipidémiques, anti-hypertensives, veino-toniques.

Et une très bonne nouvelle pour tous ceux qui se complaisent dans le paradigme des virus pathogènes – tel que le CoqueVide/19 et ses variantes fantomatiques : selon l’Institut de Cardiologie de Montréal – et selon une étude Egyptienne publiée en novembre 2020 – l’hespéridine constituerait un puissant anti CoqueVide/19!! [16]  [17]

Une étude Japonaise, de 2013, a classé les cultivars de Dahlia en trois groupes en fonction de la composition de leurs flavonoïdes. Les variétés de couleur blanc-ivoire ne possédaient que des flavones. Les variétés de couleur violette et rose possédaient des flavones et des anthocyanidines. Les variétés de couleur rouge possédaient des flavones, des anthocyanidines et des chalcones. [3]

Les anthocyanidines des Dahlias rouges sont la cyanidine et la pélargonidine. La couleur noire, chez les Dahlias [22] – dont il existe une douzaine de variétés –  est due à une teneur élevée en anthocyanidines et à une réduction drastique de la teneur en flavones. [18]  [19]

La pélargonidine possède des propriétés hépato-protectrices, anti-tumorales, anti-inflammatoires, phréno-protectrices, anti-thrombotiques, anti-diabétiques, anti-carcinogéniques.

Une étude Ukrainienne, de 2016, a analysé les composants phénoliques d’une variété de Dahlia dénommée “Ken’s Flame”. Ses principaux flavonoïdes étaient: la rutine, l’apigétrine, l’apigénine et la lutéoline. Cette variété contenait également : l’hypéroside, la catéchine, la scopolétine et les acides caféique, gallique, chlorogénique et néochlorogénique. [7]

Selon cette même étude, l’huile essentielle de “Ken’s Flame” contenait des triterpénoïdes (β-caryophyllène, α-caryophyllène, scalène), des sesquiterpénoïdes (α-kadinol, globulol, vulgarol A, spathulénol, germacrène D, germacrène B, shyobunon…). Quant aux acides gras, cette variété contenait principalement de l’acide palmitoléique ainsi que les acides palmitique, oléique et linoléique.

Une étude Chinoise, de 2015, a analysé la composition de l’huile essentielle d’un écotype de Dahlia pinnata. Les principaux constituants étaient: D-limonène, 4-terpinéol et α-terpinéol.

Cette étude a mis en exergue l’activité insecticide, de Dahlia pinnata, à l’encontre de deux charançons du maïs et du riz : Sitophilus zeamais et Sitophilus Sitophilus oryzae. [2]

Une étude Indonésienne, de 2005, a mis en exergue l’activité anti-microbienne de quatre espèces de champignons endophytes, isolés de l’espèce Dahlia variabilis, (appartenant aux genres Aureobasidium, Moniliella, Monilia et Sporothrix) à l’encontre de Escherichia coli, Staphylococcus aureus et Candida albicans[5]