Catégorie : Actualité

  • -

La Bio Piratée, troisième épisode : Lima, Euronature et la “bio orgasmique” de Philippe Woitrin

 

La société Lima a été créée en 1957 par la famille Gevaert lors de l’émergence de l’épopée de la Macrobiotique promue, en France, par leur ami Georges Oshawa, un biologiste Japonais acheter cialis pas cher en ligne. En 1989, Lima fut vendue au groupe Français Euronature, créé en juin 1989 – qui racheta à l’époque quelques dizaines de sociétés de l’agro-alimentaire: Lima, Viver, Celnat (racheté en 1991), Superdiet (racheté en 1991), Godard et Muller, Reynaud, Bertram’s, etc. En 1992, trois années après sa création, ce groupe rassemble quelque quarante sociétés spécialisées dans les produits de la mer, dans le foie gras et ce que l’on appelle à l’époque “la diététique”. Son fondateur, Pierre Kreutz, est un ancien responsable de la diversification chez Bongrain (un leader Européen de l’industrie laitière) et possède 2% du capital d’Euronature (avec une société en commandite). Son associé est Jean-Marie Rochefort, ex-membre du cabinet d’avocats Berlioz. Parmi les porteurs de capital: la Financière Desmarais (10% du capital), GAN, Clinvest, MAAF, la Financière Indosuez – pour la partie Française – et ensuite le Belge Sofina, la Caisse d’Epargne de Belgique, le groupe immobilier Hollandais Janivo et des investisseurs Koweïtiens et Saoudiens… En 1992, le chiffre d’affaires d’Euronature est de 2 milliards de francs – dont 15% sont réalisés par ses 9 sociétés bios Françaises, Belges et Hollandaises restructurées autour des marques Viver, Lima et Celnat. A l’époque, Pierre Kreutz prétend être le N°2 de “la diététique” loin derrière… Sandoz. (Sandoz et Ciba-Geigy ont fusionné, en 1996, pour créer Novartis et Novartis a fusionné, en 2000, avec AstraZeneca pour créer Syngenta).

Lire la suite


  • -

La Bio Piratée, second épisode : Lima/Danival chez Hain Celestial

 

A la suite de la publication de notre article (23) sur “La Bio Piratée” – qui a beaucoup circulé sur la Toile – et malgré que l’on m’eût prié instamment de prolonger cette investigation douloureuse, j’avais décidé d’enterrer ce dossier franchement déprimant en me disant que Hain Celestial, Monsanto et Goldman Sachs, à l’image de notre civilisation moribonde, ne faisaient que passer et qu’un jour la Terre-Mère recyclerait bien tout ce fatras biocidaire.

Lire la suite


  • -

Les Tomates chez Kokopelli : saveurs, couleurs.. et colères

 

Du premier catalogue 1994 de Terre de Semences à Kokopelli en 2014

Au détour des chemins semaillant, il nous arrive parfois, chez Kokopelli, de recevoir des lettres pour le moins surprenantes – pour ne pas dire chamaillantes –  telle aujourd’hui celle de Thomasine, une fervente adhérente, frisant l’insulte, qui nous accuse d’introduire les “hybrides” de tomates de Tom Wagner et de faillir à notre mission de protection des “anciennes variétés”. L’objectif déclaré de ce présent article est donc de faire le point chez Kokopelli, mais aussi hors Kokopelli, sur ce que l’on appelle des tomates anciennes, des tomates modernes, des tomates en pollinisation ouverte, des tomates enregistrées, des fausses tomates anciennes…

Lire la suite


  • -

Mort tragique d’un jeune botaniste sur la ZAD de Testet, dans le Tarn.

Nous tenons à témoigner aujourd’hui notre indignation face à la mort tragique d’un jeune botaniste tombé la nuit du samedi 25 sur la ZAD de Testet, dans le Tarn. Ce jeune homme aurait succombé à un tir de grenade. Une “exécution” probablement accidentelle mais non moins odieuse de la part des forces de “l’ordre” présentes pour défendre les intérêts d’une poignée d’agro-industriels.

Ce jeune homme aura passé sa dernière nuit à lutter pour la préservation d’une zone humide regorgeant de biodiversité sauvage et menacée par un projet de barrage strictement inutile, un de plus… Des millions d’arbres coupés, des centaines d’espèces “déplacées” et une vie humaine sacrifiée. Pourquoi ? Pour continuer encore et toujours plus loin dans l’absurdité de la monoculture nécessitant toujours plus d’eau, de pétrole, de fertilisants chimiques, de biocides, etc, pour subvenir aux énormes besoins des hybrides et autres clones de l’agro-industrie.

Après un tel drame qui peut encore parler de démocratie, de droit d’expression, de liberté ?

Un virage en direction de l’absurdité aveugle vient d’être franchi prouvant que les prédateurs psychopathes sont bel et bien au pouvoir, sous le couvert de divers partis politiques tous plus fumeux les uns que les autres.

Le gendarme, qui vient d’ôter la vie à un étudiant de 21 ans, sera probablement jugé, et l’histoire classée comme bavure policière. Mais, les vrais responsables de ce drame continuent de sévir dans l’ombre; ce ne sont jamais eux qui tiennent le flash-ball, jamais eux qui sont jugés.

Kokopelli soutiendra en semences, comme nous le faisons déjà pour la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, tout lancement de projets de potagers d’occupation, mais pour le moment nous appelons surtout à la mobilisation. Les résistants doivent être soutenus au maximum pour empêcher ce projet ridicule de continuer et de faire encore plus de dégâts.


  • -

A quand la dissolution du GNIS?

Le GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences) est intervenu récemment, deux fois, relativement à l’arrêt de la Cour d’Appel de Nancy concernant le procès Kokopelli-Baumaux. Une première fois, le 25 septembre 2014, avec son communiqué de presse intitulé “Vente de semences : l’arrêt de la Cour d’Appel de Nancy clarifie la situation!”; une seconde fois, lors d’une conférence de presse à Paris, le 26 septembre 2014, au Pied de Cochon.  Le premier communiqué a, depuis lors, discrètement disparu du site officiel du GNIS, par un coup de baguette magique et virtuelle: faut-il en déduire que la situation de la vente de semences n’a pas été aussi clarifiée que cela par l’arrêt de la Cour d’Appel de Nancy? (Depuis la parution de notre communiqué, le GNIS a remis en ligne son communiqué avec une terminaison d’url 1379 qui prouve qu’il a été réinséré postérieurement à leur communiqué du 1er octobre dont l’url se termine par 1376!!).

Lire la suite

  • -

Procès Kokopelli c. Graines Baumaux : Après presque 10 ans de procédure, la Cour d’Appel de Nancy donne enfin raison à Kokopelli !

Dans l’affaire nous opposant, depuis près de 10 ans, à la société Graines Baumaux, le délibéré de la Cour d’Appel de Nancy a été prononcé le 9 septembre dernier et l’arrêt, dans son entier, vient de nous être communiqué.

A notre grande satisfaction, la Cour rejette l’essentiel des demandes de la société Graines Baumaux, et en particulier celle fondée sur une prétendue faute de concurrence déloyale liée à l’absence d’enregistrement des variétés distribuées par Kokopelli.

Le jugement de 1e instance, qui condamnait Kokopelli, est donc infirmé !!!

Lire la suite


C'est grâce à notre propre réseau de producteurs et avec la participation active des adhérents, parrains et marraines, que nous maintenons une collection planétaire unique de plus de 2200 variétés, à savoir plus de 650 variétés de tomates, près de 200 variétés de piments, 150 variétés de courges...