La Bio-Piratée, quatrième épisode: Hain Celestial, propriétaire de Lima et de Danival, étend ses alliances avec l’empire de la Pharmaco-Chimie et perdure dans sa boulimie d’acquisitions

  • -

La Bio-Piratée, quatrième épisode: Hain Celestial, propriétaire de Lima et de Danival, étend ses alliances avec l’empire de la Pharmaco-Chimie et perdure dans sa boulimie d’acquisitions

 

Avant propos. Je n’avais rien écrit sur le dossier Lima/Danival/Hain Celestial depuis un an. Hier, une salariée du réseau Biocoop m’a replongé, malgré moi, dans ce sujet houleux en me rapportant son témoignage suite à une question posée à un formateur Biocoop, lors d’une session récente de formation Biocoop. Pour ne pas envenimer plus ce débat, nous allons faire l’impasse sur l’échange entre la salariée et le dit formateur car là, franchement, n’est pas le coeur du sujet. En bottant en touche, le formateur soit témoigne de sa méconnaissance totale de cette problématique douloureuse, soit cherche à protéger sa maison-mère, qui n’est d’ailleurs nullement attaquée. Il semblerait, de plus, que ce formateur ne connaisse pas Kokopelli qu’il considère comme un journal d’opinion.

Je souhaite donc préciser, aujourd’hui, que tout ce que j’ai écrit à propos de la Bio Piratée peut être vérifié par toute personne parlant l’anglais, munie d’une souris (permettant de cliquer sur mes nombreux liens) et dépourvue d’une tête d’autruche. J’invite donc, de nouveau, le Réseau Biocoop (dont je suis un très vieux client) à reviser sa copie et à “formater” ses formateurs afin qu’ils soient capables de répondre , avec intelligence et compassion – dans le sens d’une passion partagée – à des questions intelligentes posées par des salariés du Réseau. Je réitère mon affirmation que mes articles n’ont jamais eu comme objectif de ternir la réputation de Lima et de Danival ou de remettre en question la qualité de leurs produits bios. Ni comme objectif d’attaquer Biocoop, Satoriz, Rayons Verts ou qui que ce soit dans le monde de la distribution bio en France.

Je souhaite également repréciser que Hain Celestial, le propriétaire de Lima et de Danival, possède une pléthore de sociétés alimentaires ou cosmétiques dont une toute petite partie, seulement, sont bios. Les autres sont dites “naturelles”, à savoir farcies de pesticides, de métaux lourds et même de chimères génétiques.

Xochi. Le 1er décembre 2015.

Jour de la Cire, dans le Calendrier Républicain de 1794. Ce qui est fort à propos car il semblerait que l’on puisse conseiller à certains de se déboucher les oreilles.

 

Nouvelles Alliances avec l’Empire de la Pharmaco-Chimie-Biotechnologie

Le 8 octobre 2015, Hain Celestial annonce [1] que ses aliments pour nourrissons, de la gamme Earth’s Best Organic® Infant, vont être commercialisés en Asie (Chine, Thaïlande, Indonésie, Vietnam, etc) par Hutchison China MediTech Limited (Chin Med) [9] – avec lequel un partenariat a déjà été établi en octobre 2014 [2] – et par l’entreprise Perrigo. Qui sont donc Hutchison China Meditech Ltd et Perrigo?

Perrigo est un très gros laboratoire pharmaceutique américano-israélien coté au Nasdaq et à la Bourse de Tel-Aviv. Ses acquisitions, depuis 2005, incluent Agis Industries Ltd (Israël), Galpharm Healthcare (UK), J.B. Laboratories, Laboratorios Diba S.A. (Mexique), Unico Holdings (USA), Orion Laboratories Pty (Australie), PBM Holdings (USA, Chine), Paddock Laboratories Inc, Sergeant’s Pet Care Products, Rosemont Pharmaceuticals Ltd. Ses très récentes acquisitions incluent l’entreprise Irlandaise Élan de biotechnologies, en juillet 2013, (pour 8,6 milliards de dollars) et l’entreprise Belge Omega Pharma (pour 2,48 milliards d’euros), en novembre 2014. Perrigo, en novembre 2015, vient d’acheter des licences de certains médicaments (pour 380 millions de dollars) à AstraZeneca/Syngenta. Perrigo a annoncé en octobre dernier qu’il licenciait 800 personnes, à savoir 6% de ses employés, au titre de la restructuration, et afin de lutter contre son rachat par le groupe pharmaceutique Mylan des USA. Perrigo a annoncé durant l’été 2015 qu’il rachetait le laboratoire pharmaceutique Allemand Naturwohl Pharma GMbH (propriétaire de la marque diététique Yokebe) et certaines marques Européennes du géant pharmaceutique GlaxoSmithKline.

Quant à Hutchison China Meditech Ltd, rappelons les faits. Hain Celestial a établi, en 2009, une joint venture, à 50/50, avec Hutchison China Meditech – une entreprise pharmaceutique Chinoise géante qui vend également des produits naturels et des produits bios – afin d’établir la société Hutchison Hain Organic Holdings Limited. [2] [10] Hutchison China Meditech a des accords de partenariat avec AstraZeneca/Syngenta [4]; avec la société pharmaceutique Janssen, filiale de Johnson and Johnson; avec la méga société pharmaceutique Lilly qui est aussi en partenariat avec AstraZeneca/Syngenta [5] et qui commercialise le Cialis et qui fut l’une des premières à produire de l’insuline transgénique.

De plus, Hutchison China Meditech a créé, avec Nestlé, la société Nutrition Science Partners, une joint venture à 50/50 dont l’objectif est « de développer, manufacturer et commercialiser des produits médicinaux et nutritionnels à partir de plantes botaniques… Ce nouveau partenariat ouvre à Nestlé l’accès à la bibliothèque médicinale de Hutchison China Meditech contenant plus de 50 000 extraits dérivés de plus de 1200 plantes différentes» [6]. En juillet 2013, Nutrition Science Partners  annonce qu’un premier patient est traité avec le produit HMPL-004, NATRUL-4, un remède confectionné à partir de plantes pour des problèmes de colite [7]. Un exemple patent de biopiratage au service de la Mafia Pharmaceutique.

Hutchison China Meditech [3] est une filiale de Hutchison Whampoa Group qui détient également A.S. Watson, un groupe possédant 11 000 magasins dans 33 pays du monde. Le président du Hutchison Whampoa Group, le milliardaire Li Ka-Shing (la 11 ème fortune du monde), est financièrement très impliqué dans Kaiima Ltd, une toute nouvelle compagnie Israélienne de semences transgéniques [8]. En juillet 2015, Kaiima Ltd annonça que son nouveau PDG était Richard Greubel, qui travailla chez Monsanto de 1984 à 2006. Kaiima Ltd est, également, en partenariat avec Bayer pour développer de nouveaux hybrides de riz.

 

Hain Celestial perdure dans sa boulimie pathologique d’acquisitions

En novembre 2015, Hain Celestial s’est investi financièrement, en compagnie de Catterton, dans la société Chopt Creative Salad, qui possède 32 magasins spécialisés dans les fast-salads. [27] [28] Catterton est une très grosse société d’investissement de capital privé impliquée, avant tout, dans le secteur de la restauration.

En septembre 2015, Hain Celestial a été inclus dans le Nasdaq Q-50 Index. [11]

En août 2015, Hain Celestial a accueilli, dans son conseil de direction, Raymond Kelly, l’ancien chef de la Police New-Yorkaise et celui qui installa la première unité municipale de contre-terrorisme aux USA. [12] Est-ce dans un souci de protection à l’encontre de dommages collatéraux provoqués par des Opérations Psychologiques Spéciales – destinées à museler les Peuples?

En juillet 2015, Hain Celestial a racheté la société Mona en Allemagne, une compagnie au chiffre d’affaire de 50 millions de dollars et spécialisés dans les boissons végétales (Joya et Happy). [13] Hain Celestial prétend, d’ailleurs, dans sa communication que tous les produits Mona sont bios, ce qui est totalement faux. Seulement certains produits sont confectionnés avec du soja, de l’avoine provenant de l’agriculture biologique.

En juillet 2015, Hain Celestial annonce le lancement d’une gamme de tisanes bios au sein de cette marque qui ne l’a jamais été depuis sont origine (40 années) et dont la réputation de haute toxicité et contamination n’est plus à faire. [16] [20] [29]

En mars 2015, Hain Celestial a racheté la société Empire Kosher Foods, une société d’aliments non-bios au chiffre d’affaire de 100 millions de dollars.

En mars 2015, Hain Celestial évoque la participation de sa marque de yoghourts non bios, “Greek Gods”, à un marathon de soutien à une fondation US et en profite pour affirmer que  « aucune différence signifiante n’a été démontrée entre le lait de vaches traitées à la rBST (hormone de croissance bovine) et le lait de vaches non traitées». [14] [15] La rBST a été développée par Monsanto. C’est une affirmation pour le moins stupéfiante de la part du leader auto-proclamé du secteur des aliments “naturels” qui précise, d’ailleurs, que cette marque de yoghourt est produite à base de lait de vaches non traitées.

En février 2015, Hain Celestial a racheté la société Belvedere International, Inc. C’est une société de cosmétiques non-bios.

En janvier 2015, Hain Celestial a conforté son partenariat avec la société productrice de dindons non-bios, Panera Bread.

 

Nouvelles du front de partenariat avec la société Whole Foods

Dans mon second article sur la Bio Piratée concernant spécifiquement Hain Celestial, en décembre 2014, [20] je pronostiquai, à juste titre, un éclatement prochain des bulles financières: « Et d’ailleurs, pour Erwin David Simon, le fondateur mégalomane de Hain Celestial, le rachat de Lima et de Danival n’est sans doute aussi que cela: un épiphénomène, l’une des nombreuses marches du tremplin qui va le propulser vers la place de leader mondial de l’alimentaire “naturel”. Mais les tremplins des bulles financières sont souvent bâtis sur des sables mouvants et ils s’effondrent lorsque les bulles éclatent… Surtout lorsque les bulles de la boulimie d’acquisitions ne fonctionnent qu’avec un fort niveau d’endettement entretenu par les grands Saigneurs de l’Internationale Bancaire ».

En novembre 2015, Erwin David Simon a annoncé que : « notre croissance aux USA n’a pas répondu pleinement à nos attentes car les fortes performances de nos ventes de snacks, yoghourts, cosmétiques et tisanes ont été éclipsées par des interruptions temporaires de la part de nos distributeurs et par un déclin dans les marques d’épicerie associé à une décélération dans le secteur naturel ». [19]

Ce qui est une manière élégante de parler de “croissance négative”. Les actions boursières de Hain Celestial avaient déjà chuté en mai 2015. [21] Il semblerait que Hain Celestial soit condamné à une fuite en avant perpétuelle – jusqu’à la chute finale?

La “décélération dans le secteur naturel” fait d’ailleurs également trébucher Whole Foods Market. Les analystes financiers considèrent que Whole Foods Market va devoir faire face à des difficultés financières – un euphémisme du jargon financier pour ne pas dire qu’elle fait déjà face à des difficultés de trésorerie. Et ce sont des nouvelles fraîches car elles datent d’hier, le 30 novembre 2015. [22] Whole Foods Market doit recapitaliser sa dette – une très grosse dette. [23]

Rappelons que les destinées de Whole Foods Market et de Hain Celestial sont indissociables car ce dernier est le plus gros fournisseur de la chaine de supermarchés qui s’affirme le leader aux USA du secteur bio et “naturel”. Naturel veut dire non-bio,   donc gavé de pesticides, faut-il le repréciser? Les 2/3 des produits de Whole Foods Market sont non-bios, tout comme la grande majorité des produits commercialisés par Hain Celestial.

La réputation de Whole Foods Market a beaucoup souffert, ces dernières années, de par l’arrogance de ses dirigeants eu égard à leur concept de “cohabitation” avec les chimères génétiques de Monsanto et des autres cartels biocidaires.

En mai 2015, John Mackey, le PDG de Whole Foods, avait présenté ses excuses publiques – et archi-pathétiques – eu égard au fait que la chaine de supermarchés arnaque allègrement ses clients de par les prix exorbitants de ses légumes, produits de la mer, etc, vendus au poids. [24]

Cette réputation a encore été très ternie, récemment, de par les révélations concernant l’implication de cette société dans le travail des prisonniers aux USA. [17] [18] Les prisonniers travaillant dans la production de tilapias ou de fromage, par exemple, sont rémunérés de 0,5 euro à 3 euros par jour – par des sociétés tierces revendant ces produits à Whole Foods Market. Dans le cas du tilapia, la prison vend ce poisson, à la société Quixotic Farming (qui prétend dans sa communication qu’elle travaille avec des fermes familiales de tilapia!), pour 0,85 dollar la livre. Quixotic Farming revend à Whole Foods et le produit se retrouve à 12 dollars la livre dans les supermarchés de la chaîne.

Ce travail de négrier est à comparer avec la mission déclarée de Whole Foods:  « Avec un grand courage, intégrité et amour, nous embrassons notre responsabilité de co-créer un monde en lequel chacun de nous, nos communautés et notre planète peuvent s’épanouir. Tout en célébrant le plein amour et la joie de la nourriture ». [25] Faut-il vous l’envelopper ou est-ce pour consommer de suite?

Whole Foods envisage la création de près de 120 nouveaux supermarchés [26] – en sus de ses plus de 350 existants.

Whole Foods Market et Hain Celestial souffrent des mêmes syndromes de fuite en avant et de boulimie d’acquisitions qui les conduiront, très vraisemblablement, vers le même gouffre.

Et les pratiques négrières de Whole Food Market sont à l’image des alliances financières et économiques de Hain Celestial avec les plus grands groupes du monde dans le secteur de la pharmacie et des biotechnologies, donc dans le secteur de la pétro-chimie.


C'est grâce à notre propre réseau de producteurs et avec la participation active des adhérents, parrains et marraines, que nous maintenons une collection planétaire unique de plus de 2200 variétés, à savoir plus de 650 variétés de tomates, près de 200 variétés de piments, 150 variétés de courges...